La musique religieuse française du 19ème siècle est dédaignée. On lui reproche sa grandiloquence théâtrale ou sa suavité saint-sulpicienne. On lui fait grief d’être l’ornement d’une piété trop mondaine et de ne pas servir la liturgie ; on juge mal cette esthétique : les messes de Gounod, les motets de Saint-Saëns ou de Franck ont reflété fidèlement la sensibilité religieuse d’une époque où le catholicisme s’affirmait comme la religion de la classe bourgeoise. Les musiciens qui écrivent de la musique sacrée sont alors ceux qui, ayant excellé au théâtre, semblent composer pour l’église comme par repentir… / We turn our nases up at French religious music of the 19th century. We take exception to its theatrical pomp or its Saiht-Sulpician sweetness. lt is blamed for being the ôrnament to an over wordly piety and for not serving the religious office; a style we judge badly: Gounod’s masses, motets by Saint-Saëns or Franck faithfully reflect the religious feeling of a period when catholicism was becoming the established religion of the rruddle-classes. ln those days, musicians who corn-posed church music did so after excelling in the theatre, seeming to compose for the church as if in repentance

48059 Générique 2

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet