Il fallait définir en un mot la position de André Jolivet dans la musique de son temps et de son pays, je dirais volontiers qu’il est notre Béla Bartok. De même que Béla Bartok, il use tantôt du langage atonal et tantôt du langage modal. Mais chez l’un comme chez l’autre c’est l’esprit modal qui l’emporte. Tous deux ont, sur le plan mélodique, le souffle large, tous deux possèdent, au plus haut degré, le sens de la continuité sonore… / If in a word, 1 had to define André Jolivet’s position in the music of his time and his country, I would readily say that he is the French Béla Bartôk. Just like Béla Bartôk, he made use, in turn, of tonal and atonal language. But with both composers it is the modal spirit that prevails. Both were inspired melodists, both had a very great sense of musical continuity…

ARN68299-Jolivet

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Et si l’articulation est, chez Béla Bartok, des plus nettes, le même phénomène se retrouve chez André Jolivet dont le discours est étayé par de clairs appuis harmoniques. Autre point commun : le dédain du pittoresque, le goût de la musique pure, mais, en même temps, le sens du concret, le refus du formalisme. Ajoutons à cela une violence qui est d’essence spirituelle. Hantés par la recherche d’horizons nouveaux, André Jolivet et Béla Bartok ont ressenti, comme en contrepartie de leur audace naturelle, la nécessité de conserver un contact avec le quotidien, un contact avec la terre, un contact avec l’humanité. Ils n’écrivaient pas pour quelques-uns, mais pour tous les hommes. Ce contact, Béla Bartok l’a trouvé dans l’utilisation et la récréation des mélodies du folklore. Pour sa part, Jolivet a voulu que sa musique effectue un retour aux sources, rejoigne un passé très reculé, retrouve sa justification, comme aux premiers âges de l’humanité, dans l’incantation, dans la magie.

And if the phrasing is extremely clear in Bartôk, the same may be said of André Jolivet, whose discourse is backed up by clear harmony. Other things they have in common are scorn for the picturesque, a taste for pure music, but, at the same time, a sense of the concrete, a refusai of formalism. Let us add to that a violence that is spiritual in essence. Haunted by their search for new horizons, André Jolivet and Béla Bartôk, as if to make up for their natural audacity, felt a need to keep in contact with everyday lite. in contact with the earth, in contact with humanity. They did not write for a very few, but for ail men. Béla Bartôk found that contact in the use and recreation of folk tunes. As for André Jolivet, he wanted his music to be a return to basics. to a very remote past; he wanted it to find its justification, as in the early ages of humanity, in incantation and magic.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet