C’est en 1796, définitivement réinstallé à Vienne après deux longs séjours à Londres, que Haydn se lança dans la composition d’une série de trios et de quatuors vocaux avec accompagnement de piano-forte. Marc Vignal rapporte plusieurs témoignages épistolaires qui permettent de suivre la genèse de ces œuvres… / ln 1796, Haydn was back in Vienna for good after two long stays in London. That year, he embar¬ked on the composition of a series of vocal trios and quartets with pianoforte accompaniment. Marc Vignal mentions several letters which enable us follow the genesis of these works. (Ajouter une NBP indiquant le titre de l’ouvrage de Marc Vignal. Un étranger ne sait pas forcément qui est MV ni ce qu’il a pu écrire.)…

PV795102-Haydn quatuors vocaux

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Dans une lettre adressée à ses parents en juin 1797, le diplomate suédois Fredrik Samuel Silverstolpe raconte par exemple que Haydn lui a chanté quelques airs « qu’il compte publier par souscription quand leur nombre aura atteint vingt-quatre. On y trouve le rythme qui lui est habituel, plusieurs traits de génie et des pensées choisies ». En réalité, Haydn n’arriva jamais au nombre de vingt-quatre, mais de quatre trios et neuf quatuors, vraisemblablement selon Georg August Griesinger, son ami et biographe, parce qu’il manqua de textes musicalement adaptables.
En 1799, c’est Haydn lui-même qui s’exprime à propos de ces oeuvres, « des quatuors vocaux avec simple accompagnement de piano sur des textes en allemand de nos plus grands poètes. J’en ai déjà achevé treize mais n’en ait fait exécuter aucun », ajoute-t-il.
L’ensemble ne parut chez Breitkopf & Hârtel qu’en 1803 sous le titre de Drey und Vierstimmige Gesange mit Begleitung des Pianoforte (Chants à trois et quatre voix avec accompagnement. de piano-forte). Haydn avait bien insisté auprès de l’éditeur pour que ces pièces d’un genre peu usité ne soient pas intitulées « lieder », mais « trios et quatuors vocaux ». En 1804, il fit parvenir un exemplaire de sa partition à l’impératrice de Russie, née duchesse de Wurtemberg, qui avait été son élève dans les années 1 780.

ln a letter ta his parents written in June 1797, the Swedish diplomat Fredrik Samuel Silverstolpe says, for example, that Haydn had sung him several tunes «which he intends ta publish by subscription when he has reached the number of twenty-four. We find in them his usual rhythm, several strokes of genius, and some carefully chosen thoughts». ln fact, Haydn never got to number twenty-four: there are thirteen pieces, four for three voices and nine for four. According to his friend and biographer Georg August Creisinger, this was probably because he could not find texts that were suitable for musical adaptation. ln 1799, Haydn himse/f spoke about these works, referring ta them as  » … vocal quartets with simple piano accompaniment using German texts by our greatest poets, » and adding: « I have already completed thirteen but have had none of them performed ». (Donner les références de la lettre en NBP – à qui était-elle adressée ?)
The collection was not published by Breitkopf & Hëtte! until 1803, when it appeared under the title Drey und Vierstimmige Cesange mit Begleitung des Pianoforte (Partsongs for three and four voices with pianoforte accompaniment). Haydn had impressed on the editor the fact that they should be cal/ed «partsongs» rather than « Lieder ». ln 1804, he sent a copy of his score ta the empress of Russia, née the Ouchess of Württemberg, who had been his pupil in the 1780s.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet