Peut-être trop inconsidérément annexées par les professeurs de piano pour être livrées à leurs apprentis, les sonates pour piano de Mozart n’ont jamais joui auprès des connaisseurs de la même admiration que les concertos. Elles n’ont pas non plus gagné la même renommée que l’ensemble de celles de Beethoven… / Perhaps because they have been too unthinkingly annexed by piano teachers as fodder for their pupils, Mozart’s piano sonatas have never enjoyed the admiration of connoisseurs to the same degree as the concertos; nor have they achieved the same renown as the corpus of the Beethoven sonatas…

ARN68532-Mozart

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


On peut voir à cela plusieurs raisons : d’une manière générale, la sonate au temps de Mozart, n’est pas un morceau de « concert », comme le concerto où les variations, mais plutôt un espace privé. Celles de Mozart se rapprochent donc plus de ses trios ou de la majeure partie des sonates pour piano et violon, que de ses quatuors, quintettes ou concertos. On peut dès lors penser qu’elles ne ménagent pas à Mozart cet espace scénique, cette vitalité dramatique, qui le mettent mieux en valeur à l’opéra ou dans le dialogue avec orchestre.

Several reasons can be suggested for this. First of all, the sonata was not generally, in Mozart’s time, a ‘concert piece’ like the concerto or the set of variations, but rather a work destined for private consumption. Mozart’s works in the genre are thus closer to his trios, or the majority of his sonatas for piano and violin, than to his quartets, quintets or concertos. Given this fact, it may well be thought that they do not provide Mozart with the theatrical setting, the dramatic vitality, that bring out his special qualities in opera or in dialogue with the orchestra.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet