Sur deux années (1838-1839), ces trois œuvres si différentes, à tous les points de vue. Une collection de petites pièces à programme explicite, les Scènes d’enfants ; un cycle de fantaisies, les Kreisleriana, que seul leur titre, apparemment, place sous l’invocation d’un personnage d’Hoffmann ; et les trois Romances, qui prétendent revenir à la musique « pure » (si tant est qu’une chose aussi incongrue existe), débarrassée de toute référence. Formellement, à la fois le plus simple et le plus compliqué, le plus nu et le plus riche, dans l’écriture, la structure, le langage harmonique, la virtuosité instrumentale. Et cependant d’aucune des pages ici enregistrées on hésiterait un seul instant à nommer l’auteur. La moindre ligne trahit la main, l’oreille, le cerveau ingénieux, le cœur ingénu de Schumann… / Over two years (1838-1839), these three works, so different in every way. A collection of short, explicit programme pieces, Kinderszenen; a set of fantasies, Kreisleriana (referring only in title, apparently, to the character from Hoffmann); and Drei Romanzen, claiming a return to ‘pure’ music (if such an incongruity exists), devoid of all reference. We find at the same time the very simple and the very complex in form, the very bare and the very rich in style, structure, harmonic language, and instrumental virtuosity. And yet none of these works leave us in the slightest doubt as to their author. Every line betrays the hand, ear, ingenious brain and ingenuous heart of Schumann.

Robert Schumann "Kreisleriana - Romances - Scènes d'enfants" par François Chaplin au piano Steinway

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet