Né et mort à Varsovie, Lutoslawski est l’une des figures majeures de la musique polonaise de l’après-guerre. Violoniste et pianiste de bon niveau (il a formé un temps un duo de piano avec son compatriote Panufnik), démarqué de la Seconde Ecole de Vienne (bien qu’il ait écrit un temps dans le système sériel), avant-gardiste à la fin des années 1950, le compositeur fit subir à son langage musical un développement constant tout au long de sa carrière, jusqu’à opérer une synthèse de plusieurs techniques modernes dans un cadre traditionnel, sans rogner sur l’émotion ni l’expressivité… / Lutoslawski was one of the major Polish composers of the post-War period. He was also an excellent pianist and violinist, and for a time formed a piano duo with his compatriot Andrzej Panufnik. He experimented for a while with serialism; at the end of the 1950s he was avant-gardist… Throughout his career Lutoslawski constantly developed his style, finally creating a synthesis of several modern techniques within a traditional framework, without sacrificing either emotion or expressiveness. 

ARN68617-Lutoslavski-Lethiec

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Ses premières créations privilégièrent une forme de grande échelle en filiation avec la tradition : il emprunta à Szymanowski, au néo-classicisme de Strawinsky, à l’utilisation des thèmes populaires chers à Bartok (dont il s’inspirera pour son propre Concerto pour orchestre, 1950-1954), à Prokofiev, mais aussi aux musiciens français, particulièrement à Debussy, Ravel et Roussel, tout en annonçant de nouvelles formes et sonorités. Parmi celles-ci, l’utilisation des techniques aléatoires dans une forme close, offrant liberté et contrôle à la fois, dont il eut un aperçu en entendant à la radio le Concerto pour piano de John Cage (ce fut, avec l’audition de la Troisième Symphonie de Szymanowski, un choc décisif pour sa carrière de compositeur) : les rythmes et harmonies ainsi obtenus sont modernes, mais accessibles à une oreille encore habituée à la tonalité. Jeux vénitiens fut la première œuvre où il expérimenta cette nouvelle technique.

His earliest compositions were full-scale works in keeping with tradition. He borrowed from Szymanowski, Stravinsky (neo-classicism) and Bartók (use of folk themes; he also composed a Concerto for Orchestra in 1950-1954), Prokofiev, and French composers Debussy, Ravel and Roussel. But at the same time he heralded new forms and sonorities. These included an aleatory technique whereby the performers have freedom within certain controlled parameters (1): the resulting rhythms and harmonies are modern, but nevertheless  accessible to an ear accustomed to tonality. The new technique was first demonstrated in his Venetian Games of 1961.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral / Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet