La composition de Paulus commença au début de l’année 1834 qui fut pour Mendelssohn la grande année Haendel : cette année-là en effet, il entendit Deborah à Aix-la-Chapelle, et dirigea Le Messie, le Te Deum de Dettingen et Judas Macchabée. Au printemps de 1834, Mendelssohn pouvait annoncer que la première partie de l’oratorio était presque terminée mais qu’il lui restait à travailler l’ouverture. Paulus fut définitivement achevé au printemps de 1836 pour être crée à Düsseldorf le 22 mai avec un succès immense. “Le Paulus, une œuvre de l’art le plus pur, d’un art de paix et d’amour”, écrivit Robert Schumann. On releva le même enthousiasme sous la plume de Fanny Mendelssohn, la sœur tant chérie : “L’ouverture est de toute beauté et l’interprétation parfaite. L’orchestre a des effets d’orgue d’une vraie grandeur. Après le choeur Wachet auf, la salle a éclaté en applaudissements”. Et Devrient, quoiqu’un peu plus réservé, de s’écrier : “Depuis La Création de Haydn, aucune œuvre n’a autant touché le coeur de la nation”…/He set to work in the composition of Paulus early in 1834. This year was Mendelssohn’s great  “Handel year”: he heard Deborah in Aachen, and conduced Messiah, the Dettingen Te Deum and Judas Maccabaeus. By springtime the first part of the oratorio (with the exception of the overture) was almost ready. Two years later, in the spring of 1836, the oratorio was finished.  It was first performed at Lower Rhine Music Festival in Düsseldorf on 22 May 1836, where it was greeted with great warmth. “Paulus”, wrote Robert Schumann, “is a work of the purest art, an art of peace and love.” Felix’s beloved sister, Fanny Mendelssohn, was also enthusiastic: “The overture is very beautiful and the interpretation was perfect. The orchestra produces organ effects that are truly splendid. After the chorus Wachet auf, there was a bust of applause from the audience”. As for Devrient, he was a little more reserved, simply exclaiming: “No work since Haydn’s Creation has so touched the heart of the nation.”

PV730097 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


C’est à la fin de 1831 que Mendelssohn mûrit le projet d’écrire un oratorio sur la conversion de Saint Paul. Le 10 mars 1832, il écrivait de Paris à son ami, le baryton et comédien Edouard Devrient : “J’ai plusieurs projets en tête. Le sujet sera l’apôtre Paul. Dans la première partie, la lapidation d’Etienne et la persécution ; la deuxième partie, la conversion, la troisième, la vie chrétienne et les persécutions, et son martyre. J’aimerais emprunter les paroles principalement à la bible et aux cantiques et quelques passages libres”. Dans la même lettre Mendelssohn priait Devrient de se charger de l’assemblage des textes, propositions que le chanteur déclina. Il se tourna dès lors vers un autre de ses amis, le pasteur et théologien Julius Schubring, et lui soumit ses réflexions, en particulier quant à l’emploi des chorals : “J’en ai été fermement dissuadé par différentes personnes, écrit-il, mais je ne puis encore me résoudre à y renoncer complètement, car j’estime pour ma part que le choral est vraiment dans le caractère de tout oratorio fondé sur le Nouveau Testament”.

It was at the end of 1831 that Mendelssohn conceived the idea of composing an oratorio based on the story the conversion of Saint Paul. On 10 March 1832, he wrote from Paris to his friend, the baritone and actor Eduard Devrient: “I have several projects in mind. The subject will be Paul the Apostle. In the first part, the stoning of Stephen and persecution; in the second, Paul’s conversion; in the third, the life and persecution of the Christians, and Paul’s martyrdom. I should like to take most of the words from the Bible and from the canticles, with a few free passages.” In the same letter, Mendelssohn asked Devrient to see to the texts. The singer declined his invitation, however, so he turned to another of his friends, the pastor and theologian Julius Schubring, to whom he submitted his ideas, in particular on the use of the chorales: “Various persons have strongly dissuaded me”, he wrote. “But I still cannot bring myself to give up the idea completely, for as far as I am concerned the chorale is totally in keeping with an oratorio based on the New Testament.”

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral/ Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet