En juillet 1733, Bach adressa à Auguste III, nouvel Électeur de Saxe et roi de Pologne, les parties séparées d’une Missa, soit un Kyrie et un Gloria, destinés à célébrer son récent avènement. La partition parvint à son royal destinataire accompagnée d’une dédicace rédigée dans ce style fleuri typique de l’art épistolaire et courtisan du temps, teinté d’une poignante expression pathétique : Bach se plaignait en effet de la diminution de ses appointements et implorait le nouveau souverain de lui accorder protection et assistance, le priant de lui “conférer un titre à la Chapelle de la cour”. Ce qui sera fait en 1736…./In July 1733, Bach sent to Augustus III, the new Elector of Saxony and King of Poland, the separate parts of a Missa, i.e. a Kyrie and a Gloria, intended to celebrate his recent coronation.  The score reached its royal patron with a dedication drafted in the flowery style typical of contemporary letter writing and courtly art, tinged with a pathetically poignant expression: Bach was in fact complaining about the reduction of his salary and he implored the new sovereign to award him protection and assistance, begging him to « grant him a title to the Court Chapel ».  This was done in 1736…

PV730060 entier

Double CD – Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


On admet aujourd’hui que le Symbolum Nicaenum (c’est-à-dire le Credo) et la dernière partie de la messe – Osanna, Benedictus, Agnus Dei, Dona nobis pacem – auraient vu le jour dans les années 1747-1749, quelques mois avant la mort de Bach, le 28 juillet 1750. Le Sanctus, dont on devine un avant-goût musical dans une cantate profane, Entfliet verschwindet, écrite en 1725 pour l’anniversaire du duc de Saxe-Weissenfels, aurait été composé dès 1724.

It is generally accepted today that the Symbolum Nicaenum (i.e. the Credo) and the last part of the mass – Hosanna, Benedictus, Agnus Dei, Dona nobis pacem – were created in the years between 1747 and 1749, a few months before Bach’s death on July 28, 1750.  The Sanctus, of which a musical foretaste can be divined in a profane cantata, Entfliet verschwindet, written in 1725 for the birthday of the Duke of Saxe-Weissenfels, is assumed to have been composed as early as 1724.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral/ Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet