Les Séphardim, les juifs d’Espagne, après la publication de l’Edit d’expulsion en 1492 s’exilèrent en grande majorité dans les pays méditerranéens voisins de l’Afrique du Nord (Tétouan, Tanger) et plus particulièrement dans l’Empire Ottoman (Istanbul, Salonique, Izmir, Edirne, Rhodes) emportant avec eux une langue et une culture qu’ils allaient conserver jalousement. Tout au long de ces cinq siècles, la culture judéo-espagnole a été exposée à de nombreuses influences des pays traversés et des terres d’accueil. La musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où le sacré coexiste avec le profane, les thèmes juifs avec les thèmes communs à toute l’humanité, l’orient comme l’occident, l’ancien avec le nouveau…/Sephardim (from the Hebrew Sefarad, Spain): members of the Jews, or their descendants, who lived in Iberian Peninsula from the Middle Ages until their mass expulsion in 1492. They then fled to North Africa (Tétouan, Tangier) and other parts of the Ottoman Empire (Istanbul, Salonica, Izmir, Edirne, Rhodes), where they preserved their customs and their language. In the next five hundred years the Judaeo-Spanish culture was exposed to numerous influences: those of the lands they traversed and of the countries where they finally settled. Judaeo-Spanish music is a mosaic in which the sacred coexists with the secular, Jewish themes are found alongside themes of a universal nature. ARN64632 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Les juifs expulsés d’Espagne constituaient une population hétérogène : ils venaient des différents centres du judaïsme espagnol, chacun étant marqué par son propre style poétique et sa tradition spécifique. Tandis que les Cantigas de Santa Maria (XIIe siècle) et des collections analogues fournissent bien des informations sur la tradition musicale de la péninsule, nous supposons seulement que la musique profane hispano-judaïque ressemblait à celle des musulmans et chrétiens hispaniques. Il n’existe aucune donnée certaine permettant de tirer des conclusions sur la tradition musicale sous-jacente au romancero judéo-espagnol.

The Jews expelled from Spain formed a heterogeneous population: they came from various centres of Spanish Judaism, each possessing its own poetic style and its own specific tradition. While the Cantigas de Santa Maria (twelfth century) and similar collections tell us a great deal about Spain’s musical tradition, we can only assume that the secular music of the Spanish Jews was similar to that of the Muslims and Christians living in Spain. No precise information exists to enable us to draw conclusions about the musical tradition underlying the Judaeo-Spanish romancero.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral/ Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet