Dans l’avant-propos de son ouvrage sur la Sonate en Trio. Christopher Hogwood souligne le succès rencontré à l’époque baroque par cette forme musicale, succès expliquant l’immense prédilection qu’elle a rencontrée auprès de tous les compositeurs, connus et méconnus des XVIIè et XVIIIè siècles (plus de 8.000 spécimens répertoriés à ce jour !) Cet enregistrement de l’Ensemble Mensa Sonora présente l’évolution de la sonate en trio italienne au cours du XVIIè siècle à travers cinq œuvres (sur les huit proposées) particulièrement représentatives de cette forme instrumentale… / In the foreword to his work about Triosonata, Christopher Hogwood underlines the success experience by this musical form during the baroque period, a sucess which explains the enormous predilection il has known among all the composers, famous or unrecognized, of the XVIIth and early XVIIIth centuries (over 8000 specimens itemized up to this day !). This recording by Mensa Sonora presents the evolution of Italian Triosonata during the XVIIth century through five works (among the eight proposedl) particularly by representative of this instrumental form…

PV730036 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


L’époque pré-baroque (début XVIIè) qui a vu la naissance du concept de sonate en trio, est représentée par Gian Paolo CIMA. Ce riche concept allait connaître un remarquable essor avec des compositeurs comme Maurizio Cazzati et Giovanni LEGRENZI pour atteindre son plein épanouissement chez Arcangelo Corelli, reconnu comme le maître ayant réussi à équilibrer les divers éléments issus des nombreuses écoles italiennes. L’idéal corellien qui marque le véritable triomphe de la sonate en trio (sonate d’église aussi bien que sonate de chambre) connaîtra une diffusion et une gloire considérables tant en Italie même (avec en particulier Antonio Vivaldi) qu’à travers toute l’Europe. Intimement liée à la sonate de chambre (« sonata da camera » distincte de la sonate d’église ou « sonata da chiesa »), la suite instrumentale connaîtra un succès parallèle notamment en Bohême (à la résidence d’Olmütz­-Kremsier par exemple) puis en Autriche (Cours cle Salzbourg et de Vienne) où les violonistes virtuoses Johann Heinrich Schmelzer et Heinrich lgnaz Franz Biber seront parmi les premiers il rendre, grâce à leurs nombreux recueils de musique de chambre, un manifeste hommage au génie instrumental italien. Notons qu’une des suites de BIBER enregistrée ici (« Mensa Sonora Pars Ill ») a donné son nom à l’ensemble ayant réalisé cet enregistrement.

The early baroque period (early XVIIth c.) during which the concept of the trisonata was initiated is illustrated by Gian Paolo Cima. This rich concept was to know an important development with composers like Maurizio Cazzati and Giovanni Legrenzi. Then came a full blossoming with Arcangelo Corelli, known as a mastcr having succeeded in balancing the various elements stemming from a number or different schools. The corellian idea which marked the true triumph of the trisonata form experience an enormous diffusion and fame in Italy itself (with AntonioVivaldi in particular) as wcl1 as all ovcr Europe. Closely connected with the chamber sonata (« sonata da camera (as opposed to « sonata da chiesa » or·church sonala), the instrumental suite knew a simultaneous success, parlicularly in Bohemia (Olmutz-Kemsier court for instance), then in Austria (Salzburg and Vienna courts) whcre the violin masters Johann Heinrich Schmelzer and Heinrich Ignaz Franz BIBER were among thc first to pay tribute to italian instrumental genious thanks to their numerous books of chamber music. let’s note that one of Bibber’s suites recorded here (« Mensa Sonora Pars Ill ») has given its name to the ensemble having made this recordling.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral/ Do not hesitate to contact us to ask for the full booklet