Au cours des dernières années du XVIIIe siècle, Naples devient la capitale mondiale de l’opéra Alessandro Scarlatti contribue largement à la définition du style napolitain. Ce style continuera d’évoluer pendant tout le siècle suivant, jusqu’à se figer dans le conventionnel, puis tomber en désuétude. / During the latter part of the 18th century, Naples became the world centre of opéra Alessandro Scarlatti contributed widely to the définition of the Neapolitan style. This style was to continue to evolve throughout the following century, settling into convention before finally becoming obsolète.

PV710031 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Les œuvres présentées dans ce disque sont du jeune Alessandro Scarlatti, fraîchement nommé maître de la Chapelle Royale de Naples (1684). Si le Da capo est parfois utilisé, la forme reste néanmoins très libre, obéissant plus souvent à l’instinct théâtral qu’à de simples conventions musicales. L’écriture atteste une évidente parenté avec le style vénitien : présence des ritournelles, style déclamé des récitatifs proches de Monteverdi et Legrenzi. Les airs presque toujours monosyllabiques, cèdent parfois la place à des vocalises, non pas dans un esprit de virtuosité mais pour développer une idée expressive. Le mot est ici mis en vedette ; la ligne de chant, large et dramatique, fait penser a la reforme gluckiste et au vérisme italien. On reconnaît là la veine inspiratrice qui ressurgit dans l’histoire de la musique, obéissant à un cycle qui oscille entre la coquetterie et la sincérité…

 The works presented on this dise are by the young Scarlatti, freshly appointed master of thé Chapel Royal in Naples (1684). Despite an occasional use of the da capo, the form is extremely free, more often obeying theatrical instinct than more musical convention. With the présence of ritornelli and with its declamatory recitatives reminiscent of Monteverdi and Legrenzi, the writing testifies to an evident relationship with the Venetian style. The mostly monosyllabic arias occasionally give way to vocalises not in any spirit of virtuosity, but in order to develop an expressive idea. The words here take centre stage ; the broad and dramatic melodie lines call to mind the reforms of Gluck as well as Italian verismo. Apparent here are signs ofan inspirational vein which reappears throughout musical history, complying with a cycle which oscillates between the stylish and the genuine.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral