André Campra est l’une des figures marquantes de la musique française du début du XVIIIème siècle. Aussi à l’aise dans la musique profane que dans la musique sacrée, dans les grands que dans les petits effectifs, il est un excellent exemple d’équilibre et de synthèse entre les styles français et italiens, de la «réunion des goûts» chère à François Couperin. En effet, du grand récit français hérité de Lully (début du Salve Regina) aux arie da capo venus d’Italie (Minuisti eum du motet Domine Dominus noster), la musique de Campra balaye tout le champ des possibilités offertes aux compositeurs de son temps et de son lieu… / André Campra is one of the leading figures in French secular and sacred music of the eighteenth century. Equally at ease in full-scale works and in more intimate pieces, his output shows a perfect blend of French and Italian styles:‘les goûts réunis’ dear to François Couperin. Indeed, from the grand récit inherited from Lully (beginning of the Salve Regina) to the da capo arias imported from Italy (‘Minuisti eum’ in the motet Domine Dominus noster), Campra’s music covers the full range of possibilities that were open to French composer’s of his time…

ARN48498 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Proposer un portrait de ce grand musicien à travers sa production de petits motets à été notre objectif : la limitation de l’effectif permet en effet de mettre d’autant mieux en valeur l’extraordinaire diversité de son écriture. La variété de son inspiration, depuis l’évocation du repos paisible à la fin du psaume IV à celle du tonnerre dans le psaume CIII, est tout à fait sidérante. La mise en valeur de ces contrastes est d’ailleurs accentuée par l’utilisation pour la basse continue d’un orgue de tribune (ce qui était certainement l’usage le plus courant). Il faut à ce propos souligner l’exceptionnelle qualité de l’orgue Parisot (1739) de l’église Saint-Remy de Dieppe.

Our aim here is to present a portrait of that great musician through his petits motets (motets for one or two voices and continuo). Indeed, in these small-scale works the extraordinary diversity of his writing is all the more in evidence. The variety of his inspiration, from the evocation of peace and rest at the end of Psalm IV to that of thunder towards the end of Psalm CIII, is quite amazing. Moreover, such contrasts are further enhanced by the use of a church organ for the continuo, as was certainly common practice at that time. The Parisot organ (1739) of the church of St Remy in Dieppe is an instrument of exceptional quality…

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral