Après de dures vicissitudes, sous le règne de Louis XV, la Franc-Maçonnerie avait peu à peu acquis, dès l’avènement de Louis XVI, la situation d’une institution établie. La fréquentation des loges témoignait brillamment des plus nobles aspirations du Siècle des Lumières : savants, penseurs, écrivains, artistes, bourgeois, militaires de tous rangs, fonctionnaires et afficiers royaux, aristocrates et ecclésiastiques, toutes espèces s’y rencontraient sur le pied d’absolue égalité, ne dédaignant même pas d’y traiter fraternellement les serviteurs admis – seulement au premier grade – comme « frères servants ». / Freemassonery suffured many vicissitudes during the reign of Louis XVth, but when Louis XVIth came to the throne it gradually became a recognized and well-established institution. Masonic lodges welcomed as members some of the most brillant representatives of the Century of Enlightenment; Scholars, thinkers, writters, artists, respected citizens, military men of all ranks, courtiers, aristicratics and clergy. Every walk of life was represented and the members met on a basis of total equaltity; even servants who were admitted – only at the first degree – as « Stewards » were treated in a fraternal manner.

ARN48134 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


…L’Orient de la cour, à Versailles, avait compté une loge dès 1746 ; sous le titre de « Loge de la chambre du Roy », celle-ci groupait de nombreux fonctionnaires du Palais, valets de chambre (tel Bontemps, premier valet de Louis XV), les pages (tel un Montesquiou), de nombreux officiers et commis des ministères, et surtout des musiciens, tels les violonistes Guillemain, Antonio, des chanteurs de la Chapelle…etc. Elle semble avoir disparu vers 1756, sans qu’on connaisse bien les raisons de sa décadence. En 1775, une nouvelle création maçonnique, « La Loge militaire des trois Frères Unis », avait relevé le flambeau. Moins brillante que certains historiens abusifs n’ont voulu l’affirmer, elle ne prétendait que retrouver l’ancien recrutement de la « Chambre du Roy », en accentuant l’effectif des FF… (Frères) Officiers des Gardes Royales et princières. C’était à l’intention marquée par son titre distinctif. Jamais le Roi, ni les Princes ses Frères – qui lui avait implicitement accordé leur patronage – ne figurèrent sur ces contrôles. Elle avait connu deux scissions en 1780 et 1782, qui avaient amené les fondations respectives de la Loge « Le Patriotisme » et de la Loge « La Concorde ». Bien vite, les relations les plus fraternelles s’étaient rétablies entre les trois Loges de l’Orient de la Cour. La Loge « Le Patriotisme », qui nous intéresse tout spécialement pour ses activités musicales, avait compté bientôt plusieurs centaines de membres, presque tous fonctionnaires, et parmi eux une quarantaine de musiciens et chanteurs de la Chapelle, de la Musique du Roy oui des musiques régimentaires, c’est-à-dire amplement de quoi assumer l’exécution de l’œuvre de François Giroust, ici enregistrée.

…The « Orient of the Court » of Versailles formed a lodge as early as 1749 ; this lodge was known as the « Lodge of the King’s Chamber ». It included many Palace officials, valets (such as Bontemps, first valet of Louis XV), pages (including Montesquiou), officers and ministry clerks. There were also many musicians, such as the violonist Guillemain and Antonio, Chapel choristers, etc. This lodge seems to have disappeared in 1756, but the reasonsfot its closure are unknown. In 1775 a new lodge « The Military Lodge of the three United Brothers », took up the torch . This lodge was however less brillant than the reputation maintained by the opinions of some excessive historians, and only slought to recover the members of the « King’s Chamber », and attract a membership from amongst the Bro…(Brothers) of the Guard of the King and the princes. The intention was clearly expressed in its distintive title, for although the king ans his Brothers were explicit in their patronage of the lodge, none of them ever became members. In 1780 and 1782 two breaches occured which led to the foundation of two other lodges : « Patriotism » and « Concordia ». Close fraternal relations were rapidly established bween the three lodsges of the Court Orient. « Patriotism » Lodge is of great interest for its musical activities. It soon had several hundred members, mostly court officials, and these included some forty musicians ans choristers from the Chapel, the Royal Music and regimental bands ; enought to ensure the performance of the work of François Giroust that is recorded on this disc.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral