Konrad Plaickner et son orchestre de cuivres se rattachent à la lignée internationale des meilleurs « crus » locaux, des plus débonnaires, des plus plaisants, assurément ! / It is certain that Konrad Plaickner and his brass band have their place in the international line-up of the best local ‘vintages’, and are the most debonnaire and pleasing of formations.

ARN44103 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


Pour tous les amateurs bien avisés de musique dite « récréative », — et sans qu’il y ait, a priori et pour autant, de rigide convention, plus ou moins tacite, entre eux —, la notion essentielle d’agrément, en ce qui concerne la musique populaire (au sens littéral du mot), est perçue davantage dans le divertissement inspiré des traditions locales et ancestrales que dans le folklore pur, sauf lorsque celui-ci est exempt de toute rudesse, qu’il est tout naturellement arrondi aux angles et, somme toute, qu’il se montre tout sourire, toute amabilité… Ainsi conforme à l’idée-force « récréative », le produit recherché peut être qualifié de « danses et airs régionaux »… L’Europe Centrale (commençant aux frontières germaniques et même à nos ports de l’Est et du Sud-Est) en est extrêmement riche. En Suisse, en Allemagne et en Autriche, les thèmes plantureux ou aériens, d’origine séculaire, et dont le nom des compositeurs s’est perdu dans la nuit des temps (garantie supplémentaire d’authenticité !), sont fidèlement prolongés par les pages de création actuelle, s’y identifiant intimement en en reprenant les moindres accentuations. Pas de dégradation, pas de déformation, pas d’érosion : le présent est copie conforme du passé et, toujours, ce qui demeure folklorique est tout aussi parfaitement divertissant… Permanence dans la pureté, la sérénité et dans la grâce. Le nom du Tyrol garde, à travers les siècles et malgré l’invasion universelle du « modernisme » desséchant (dont il semble d’ailleurs sagement se préserver en ne donnant aucune prise à ses excès), un sens magique, une saveur d’une fraîcheur exceptionnelle, une résonance candide… Tyrol, c’est synonyme de tonus, de santé, de vraie joie de vivre, de Nature rayonnante et souveraine. Des millions de touristes en ressentent, depuis bien des décennies, tout l’enchantement. Et nul d’entre eux n’a pu rester insensible à cette atmosphère d’opérette qui se dégage non seulement du décor allier des montagnes, mais encore de la « participation » humaine, artistique, quasi constante en maintes occasions, et qui en souligne et en corse les beautés. Chaque village, ou peu s’en faut, possède sa formation, riante comme les prés où elle évolue volontiers… En elle éclate et s’épanouit une bonne humeur directe, sans façon, doublée d’une qualité d’exécution la plupart du temps irréprochable ; qualité que l’on retrouve d’ailleurs presque à égalité chez les « amateurs » comme chez les « professionnels ». Beaucoup de nos sociétés musicales peuvent la leur envie ! Le plus souvent, c’est d’ensembles de cuivres qu’il s’agit.

For all well-informed lovers of ‘recreational’ music, — and without there being any pre-conceived, more or less tacit, fixed agreement between them — the essential notion of pleasure, at the level of popular (in the literal sense of the word) music is found in the amusements inspired by local and ancestral customs rather than in pure folk tradition. Unless all traces of coarseness have been removed, all corners smoothed, and unless this folk tradition shows itself to be all smiles and amiability… Thus conforming to the recreational’ ideal, the product in demand can be qualified as ‘regional tunes and dances’… Central Europe (beginning at the Germanic frontiers and even at the Eastern and South-Eastern thresholds of France) holds a rich store of such music. In Switzerland, Germany and Austria, the lavish or airy age-old themes, so old that the names of the composers have been forgotten (added proof of authenticity), are faithfully pro-longed by the pages of contemporary creativity, but still identify with the original by repetition of the smallest detail. Abasement, distortion, erosion are unthinkable; the present is a certified copy of the past, and, as always, the music that remains part of the folk tradition is as much an amusement as ever… Permanence in purity, serenity and grace. The name of the Tyrol has kept, through the centuries and inspite of the universal invasion of a dessicating ‘modernism’ (from which the region seems to wisely preserve itself by refusing to let excess take hold), a magic meaning, an exceptionally fresh flavour, a candid resonance… Tyrol is synonymous with vigour, health, joie de vivre, and with radiant and sovereign Nature. Millions of visitors have succumbed, for decades, to all the enchantments of the region. And not one of them has remained insensitive to the operetta atmosphere which emanates not only from the lofty decor of the mountains, but also frown the ‘participation’ on a human, artistic level, which is constant on many occasions, and which underlines and strenghtens the beauty of the area. Nearly every village, has its own band, as happy as the meadows where their music is often played… Bursting with good humour, simple and unaffected, as well as achieving a quality of performance which is nearly always irreproachable; the same quality is found almost equally whether the players are ‘amateurs’ or ‘professionals’. Many French musical associations can be envious! Brass bands form the majority of these groups.  Pierre-Marcel Ondher, translated by Clare Perkins

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral