Le duo Spirituoso est né en 2006 de la rencontre entre Maria Lucia Barros (clavecin) et Florentino Calvo (mandoline), tout deux professeurs à l’Ecole Municipale des Arts de Sartrouville. L’ensemble décide alors de concentrer son travail autour des œuvres originales pour mandoline et basse continue de la seconde moitié du 18ème siècle. Il se donne également pour objectif de faire connaitre et découvrir ce répertoire à un large public à l’occasion de nombreux concerts en France et à l’étranger (Festival Marin Marais en 2010, Bibliothèque Nationale de France en 2012, Festival Suona Francese en 2012…) mais aussi à travers une série d’enregistrements dont le premier est consacré aux manuscrits originaux de la Bibliothèque Nationale de France. / The duo Spirituoso was created in 2006 by Maria Lucia Barros (harpsichord) and Florentino Calvo (mandoline), both teachers at the Ecole Municipale des Arts de Sartrouville.  They wanted to focus on original works written just for mandoline and basso continuo from the second half of the 18th century, and in this way to introduce a largely unknown repertoire to a broader public. Spirituoso has performed in France and abroad (Festival Marin Marais in 2010, Festival Suona Francese in 2012), and with this recording initiates a new series of CDs devoted to original manuscripts found in the collections of the Bibliothèque Nationale de France.

La Mandoline baroque par le Duo Spirituoso compose de Maria-Lucia Barros au clavecin et Florentino Calvo à la mandoline

Cliquez icic pour écouter, acheter ou télécharger


La Bibliothèque Nationale de France possède l’un des plus riches et des plus intéressant fond de partitions et traités consacrés à la mandoline dans la seconde moitié du 18ème siècle. Celui-ci est le témoin de la vogue que connut cet instrument en France, et tout particulièrement à Paris entre les années 1750 et 1790. Quelles furent les raisons de ce succès ? Les réponses se trouvent certainement en une conjonction de différents éléments. Tout d’abord, le 18ème siècle connut l’arrivée à Paris de nombreuses troupes de théâtre et de musiciens italiens qui se produisirent à l’occasion des Foires (Saint Germain et Saint Laurent) et qui favorisèrent l’«intrusion» et le développement d’un nouveau style en France. En 1752, les représentations de l’opéra buffa de Pergolèse « la servante maitresse » déclenchèrent la « guerre des gouts » qui vit s’affronter les défenseurs du gout français face aux partisans du nouveau gout italien.

The Bibliothèque Nationale de France (BNF) holds one of the richest and most interesting collections of scores and treatises dedicated to the mandolin during the second half of the 18th century. This attests to the instrument’s great popularity in France at that time, particularly in Paris, between the years 1750 and 1790. What were the reasons for the mandolin’s success? The answer probably lies in the convergence of different factors. First, this was a time when numerous Italian theatrical and musical troupes came to Paris to perform at events like the Saint Germain and Saint Laurent fairs. Their arrival on the scene made the emergence and development of a new French style possible. In 1752, performances of Pergolese’s comic opera The Servant Mistress (La Serva Padrona) set off a “war of tastes” which pitted defenders of the French style against those who favoured the new Italian mode.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral