En Bretagne, la musique de couple bombarde et biniou-koz (hautbois rustique et cornemuse ancienne) prend une part singulière, encore fortement enracinée dans le paysage culturel contemporain. Plusieurs centaines de « couples » interprètent marches, mélodies ou danses dans les fêtes et les cérémonies. Les progrès de la facture instrumentale ainsi que la maîtrise musicale des « sonneurs » permettent d’apprécier, aujourd’hui, cette musique traditionnelle en concert / In Breton music, even today, one often finds the bombarde (type of oboe) coupled with the biniou-koz (bagpipe, instruments that are still strongly rooted in the modern cultural scene. Several hundred such ‘duos’ perform marches, melodies and dances at various celebrations and ceremonies. Progress has been made in instrument making and the musicians are very skilled: this traditional music can now be heard in concert.

ARN44380 entier

Cliquez ici pour écouter, acheter ou télécharger


…Le tambour, quant à lui, a pratiquement disparu de la musique bretonne alors qu’il occupait encore, au début de notre siècle, une fonction de rassemblement, de cohésion sociale au sein de la communauté humaine, et rythmait fêtes, événements cultuels ou le quotidien avec l’intervention des crieurs publics. Le trio « bombarde, biniou-koz, tambour » est attesté comme forme traditionnelle d’expression musicale en Bretagne par de nombreuses gravures, sculptures, vitraux du XVIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. On le retrouve en effet, sur une sablière et une sculpture sur pierre du XVIe siècle à Landerneau, sur un vieux bahut bigouden, et dans les célèbres scènes de la vie des Bretons d’Armorique illustrées par Olivier Perrin. Cette formule instrumentale tombée en désuétude, accompagnant le déclin de la société traditionnelle lié à l’exode rural et à la marginalisation de la langue bretonne, renaît, après-guerre, grâce à l’initiative de quelques-uns. Depuis leur rencontre en 1973, les sonneurs Jean Baron et Christian Anneix ont participé au renouveau des festoù-noz (fêtes de nuit) et bals bretons, ont été plusieurs fois « champions de Bretagne » des sonneurs par couple et lauréats de nombreux concours musicaux. Figures emblématiques de la musique bretonne, ambassadeurs de celle-ci dans le monde entier, ils ont fait appel pour cet enregistrement à Hervé L’Hyver, batteur émérite qui utilise un tambour de facture très ancienne.

…The drum, which once played an important role in Breton music, has now almost disappeared. At the beginning of the 20th century, it was still used to gather people together, to create social cohesion within the community, to give rhythm to feasts, religious events or daily life with the public announcements of the town criers. The trio formed by the bombarde, biniou-koz and drum is traditional in Brittany: it is shown in many prints, engravings, carvings, sculptures, stained-glass windows etc. of the 16th-19th centuries. It is to be seen, for example, represented on a beam and sculpted in stone at Landerneau, on an old chest from Pont-l’Abbé and in the famous scenes from the lives of the Bretons of Armorica illustrated by Olivier Perrin. This trio then became obsolete with the decline of traditional. Breton society following the drift from the land and the margina-lisation of the Breton language, but it was revived after the Second World War. The musicians Jean Baron and Christian Anneix met in 1973. Since then they have played an active part in the revival of festou-noz (lit. ‘night festivals’) and tradi-tional Breton bals (dances). Their partnership has earned them several titles as ‘champions of Brittany’ and they have won awards at many competitions. On this recording, these two emblematic figures of Breton music, who act as its ambassadors all over the world, team up with the highly skilled drummer Herve L’Hyver, who plays a drum that was made a very long time ago.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous demander le livret intégral